sacrée parisienne

19 février 2019

Luigi Ghirri, la douceur de la couleur des années 70 au Jeu de Paume

images-3La première rétrospective des photographies de Luigi Ghirri (1943-1992)  au Jeu de Paume , hors de son Italie natale, est centrée sur les années 1970. Elle retrace une décennie au cours de laquelle Ghirri a bâti un corpus d’images en couleur sans équivalent dans l’Europe de l’époque. Cette invitation au voyage n'est pas dénuée d'humour avec la juxtaposition des plans.

images-2Ghirri nous propose une Italie toutes en nuances qui évoque une  certaine douceur de vivre, oscillant entre nostalgie et modernité. 

Unknown-1

images

Unknown

images-1« Ce qui m'intéresse, c'est l'architecture éphémère, le monde des provinces, les objets considérés comme étant de mauvais goût alors qu'ils ne l'ont jamais été pour moi, des objets chargés de désirs, de rêves, de souvenirs collectifs..., les fenêtres, les miroirs, les étoiles, les palmiers, les atlas, les globes terrestres, les livres, les musées et les personnes au travers des images. ». 

Unknown-2Cette belle exposition intitulée "Cartes et Territoires" permet d'appréhender le style si singulier de Ghirri qui s'est forgé sur les rivages italiens mais qui  n'est pas sans évoquer le travail d'un contemporain américain Stephen Shore, dans une autre partie du globe, magnifiant lui aussi le  paysage quotidien des années 70.

images-5

images-4

images-6

 

©succession Luigi Ghirri. Le monde de Ghirri, à savourer jusqu'au 2 juin 2019 au Jeu de Paume.

http://www.jeudepaume.org/index2014.php?page=article&idArt=3365

 

Posté par diane poirier à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18 février 2019

ROUX, l'obsession de la rousseur au Musée Henner

IMG_9004

Une idée originale pour évoquer la passion de Jean-Jacques Henner pour la flamboyance des chevelures rousses. L'exposition centrée sur les égéries rousses adulées par Henner comme la belle Juana Romani ( la liseuse de l'affiche) montre  aussi une pléiade d'autres artistes et  créateurs du 19 ième et 20 ième siécle, en passant par les affichistes, la  BD et la mode, fascinés par le ROUX.

IMG_8980Edgard Maxence vers 1900

IMG_8978Carolus- Duran  1889

IMG_8982Charles Maurin 1892

IMG_9003Henner , la Liseuse vers 1885

IMG_8999Affiche de Jules Chéret 1895

IMG_8992George Catlin vers 1846

IMG_8987Martin Margiela, J.C. de Castelbajac hommage à Sonia Rykiel

IMG_9012Photographies Geneviève Boutry 2010

IMG_9011Cette exposition hétéroclite mais pertinente sur une couleur conçue par Claire Bessède ( conservateur du musée Henner), est aussi une formidable occasion de visiter ce  joli musée parisien, parfaite reconstitution d'un atelier de la Belle Epoque.

IMG_8976

http://www.musee-henner.fr/

 

11 février 2019

Vasarely, la résurgence de l'Op'Art

FullSizeRender[2]L'artiste Victor Vasarely, star des années 60/70 était tombé dans l'oubli depuis 30 ans. Le centre Pompidou lui rend hommage avec cette belle rétrospective alors que la fondation Vasarely d'Aix en Provence, entièrement rénovée, rouvre ses portes. En effet sous l'impulsion  de son petit fils Pierre Vasarely, unique héritier, les oeuvres de Vasarely ont été patiemment restauré et l'on peut à nouveau admirer la précision et la technicité de l'Op' Art inventé par ce hongrois talentueux.

IMG_3288

IMG_3292

FullSizeRender[1]

FullSizeRender

à voir  à Paris : Vasarely, Le partage des formes - Exposition-   6 février 2019 - 6 mai 2019  de 11h à 21h  Galerie 2 - Centre Pompidou, Paris

Posté par diane poirier à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 juillet 2018

Willy Ronis, photographe humaniste à Ménilmontant

Voir et revoir les photographies de Willy Ronis ( 1910/ 2009), c'est replonger dans un certain Paris populaire aujourd'hui disparu. C'est au Pavillon de Baudouin , ce très beau lieu situé à Ménilmontant que l'on peut retrouver cette rétrospective intitulée Willy Ronis par Willy Ronis. Les deux commissaires d'expo Gérard Uféras et Jean-Claude Gautrand ont réalisé une sélection pertinente qui présente les images iconiques de Ronis et des photographies moins connues, puisées dans les archives du fonds Ronis ( gérée par la MAP).

FullSizeRender[5]

FullSizeRender© PHPB 

Ce parisien, fils d'un photographe de quartier, devient reporter photographe en 1936 et réussit à mener de front commandes et recherches personnelles. Il sait capter avec tendresse, la vie ordinaire de ses contemporains, toujours en empathie avec ses sujets. Son livre Belleville-Ménilmontant, paru en 1954, reste son best-seller.

FullSizeRender[1]

FullSizeRender[3]

FullSizeRender[6]Outre les 200 tirages exposés, on peut aussi entendre Willy Ronis dans un long entretien filmé, passionnant. Une belle exposition qui permet en même temps une ballade à Ménilmontant, dans ce 20 ème arrondissement qui garde malgrè tout, son charme populaire. 

Jusqu'au 29 septembre 2018, 12 rue de Ménilmontant , 75020, de 11h à 18h du mardi au samedi.

 

21 février 2018

Quand Bettina Rheims rencontre des détenues...

IMG_1914Quand la talentueuse Bettina Rheims rencontre des Détenues en 2014, elle leur propose de faire leur portrait dans un studio de prise de vue improvisé dans leur maison d'arrêt. Plus d'une cinquantaine de portraits sont ainsi exposés dans la sublime Sainte Chapelle du Château de Vincennes.

IMG_1902

IMG_1912

IMG_1916La sélection des clichés, réalisée par l'administration pénitentiaire, est très forte. Le contraste entre l'architecture gothique raffinée de la Chapelle et l'aspect dépouillé des portraits, est aussi saisissant. Bettina Rheims a su faire ressentir la personnalité de chacune et  réussit à  sublimer ses prisonnières alors que le cadrage est pour toutes, identique, frontal , sobre sur un fond neutre. On ressent dans chaque visage la violence latente  et la tristesse de ces femmes malheureuses, vivant entre quatre murs et pourtant il y a une certaine sérennité qui se dégage de   " ces vies mises en veilleuses" selon Robert Badinter .

IMG_1910

IMG_1913

IMG_1924

IMG_1915Une exposition remarquable,aussi  inspirée que poignante,  à ne pas manquer ! L'occasion également de redécouvrir ce monument historique superbe du château de Vincennes . Le catalogue édité dans la collection blanche de Gallimard,  comprenant les textes de Bettina Rheims, Robert Badinter et l'historienne Nadeije Laneyrie-Dagen , complète bien la visite et raconte les dessous de ces portraits en milieu carcéral.

Jusqu'au 30 avril au château de Vincennes puis du 1er juin au 4 novembre au Château de Cadillac en Gironde.

http://www.chateau-de-vincennes.fr/

http://www.chateau-cadillac.fr/


15 février 2018

Peinture des Lointains au Quai Branly, un certain goût de l'exotisme

IMG_1888©Marc Alfred Chataud, détail de Filles Kabyles vers 1850. 

Première exposition du musée du quai Branly consacrée à sa collection de peinture. il était temps  , en effet, de sortir du purgatoire tous ces artistes partis peindre au XIX et XX ième siècles dans les colonies. Plus de 200 oeuvres inédites à découvrir ! 

IMG_1871Comme  le travail du peintre André Suréda 1926, l'île de Djerba. L'artiste  avait établi son atelier à Alger puis  à Tlemcen à partir  de 1896 mais il voyagea aussi en Tunisie, au Maroc..

IMG_1873 Ou encore Albert Lebourg,  prof - aux Beaux-Arts d'Alger vers 1870; le peintre osait déjà cette peinture sur le motif dans les rues d'Alger. Il rentra en France en 1877, et rejoint le groupe des impressionistes.

IMG_1870

IMG_1882Dans cette Europe en pleine expansion coloniale , certains ont cédé à la tentation d'un exotisme surrané, d'autres ont entretenu le rêve d'un Orient de luxe et de volupté comme l'artiste Marie Caire-Tonoir et son superbe portrait de Femme de Biskra ( une oasis en Algérie où séjournèrent de nombreux artistes et écrivains vers 1890/ 1900). Courts séjours d'artistes partis pour des reportages ou des commandes, ou bien  longs périples de plusieurs années ou encore installations définitives dans les colonies, autant de carrières artistiques surprenantes nous sont révélées dans cette exposition d'envergure.

IMG_1875

IMG_1884Alcide Liotard, Bethsabée, femme malgache 1931

IMG_1877©Jeanne Thil, l'Oasis de Gabès, vers 1950.  C'est un foisonnement de toiles, de paysages, de lieux et de parcours d'artistes à découvrir. Les toiles sont issues pour la plupart de  la collection de l'ancien musée des Colonies, édifié porte dorée à Paris en 1931 pour la fameuse Exposition Coloniale.  A partir de 1895 Nombre d'artistes  adhérèrent à la Société des Peintres Orientalistes Français, aujourd'hui tombée dans l'oubli. Loin des clivages politiques, le temps est venu de réhabiliter le travail de ces peintres voyageurs trop longtemps cachés.

IMG_1867Bravo à la commissaire d'exposition Sarah Ligner pour cette sélection  originale d'oeuvres méconnues. Jusqu'au 6 janvier 2019

http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-eveneme

 

06 février 2018

Pierre de Vallombreuse chez les Palawan, exposition au Musée de l'Homme

 

IMG_7952Depuis 1987, le photographe Pierre de Vallombreuse photographie le peuple Palawan, une ethnie qui vit à l'écart du monde contemporain dans une vallée de l'archipel des Philippines. En 30 ans, la civilisation a peu à peu pénétrée dans cette petite communauté d'agriculteurs et de chasseurs ceuilleurs isolée.

FullSizeRender Portrait de Pierre de Vallombreuse ©PHPB

IMG_7956Cette belle exposition de photographies en noir et blanc permet de mesurer l'incursion du monde moderne dans ce petit territoire jusqu'alors préservé. Pierre de Vallombreuse a su s'intégrer en restant de longs mois en séjour. Il y a vécu au milieu des autochtones dans une simple cabane dans les bois, en complète autarcie. Il y a réalisé de très beaux portraits des habitants, en communion avec une nature encorez préservée. 

IMG_7954Rare! Il existe encore des peuples  à découvrir  alors courez-y !  du 18.01.2018 au 02.07.2018  au Musée de l'Homme, Place du Trocadéro-http://www.museedelhomme.fr/fr/visitez/agenda/exposition/peuple-vallee

10 octobre 2017

Gauguin l'inclassable

Une exposition aussi magnifique qu'instructive offre un nouveau regard sur Paul Gauguin. Artiste multiple, il fut tour à tour ou tout à la fois peintre, céramiste, sculpteur, graveur, dessinateur. 

IMG_1458Rien ne prédestinait Gauguin, né le 7 juin 1848, à devenir artiste. Il débute sa vie professionnelle comme agent de change à Paris mais du jour au lendemain, il plaque tout pour se consacrer à l'Art sous toutes ces formes. Dès lors, parfait autodidacte, Gauguin enchaine les séjours en Bretagne, dans les pays du Nord et en Polynésie où il s'imprègne dedifférentes influences, et apprend partout d'autres pratiques et techniques . Mais ce qui est le plus surprenant, c'est la permanence d'une même palette, une gamme de coloris chauds et denses, un même répertoire de formes rondes et sensuelles où qu'il soit dans le monde.Un style original, inimitable et inimité!

IMG_1441

IMG_1435

IMG_1460

IMG_1436

IMG_1439La scénographie remarquable souligne la diversité de l'oeuvre et les correspondances entre les lieux, les amis, les muses...L'exposition est aussi ponctuée de films qui dévoilent les dessous de la fabrique , les coulisses de la création. Très pertinent.

IMG_1433

IMG_1444Nombre de prêts exceptionnels des musées du monde entier appuie la démonstration mais le clou de l'exposition, c'est la reconstitution pour la première fois de "la maison du Jouïr", la dernière maison où Gauguin vécut ses derniers jours.

IMG_1453

IMG_1466Pour finir, le dernier dessin  autoportrait de Gauguin retrouvé dans sa cabane en Polynésie. Au Grand Palais ,du 11 octobre au 22 janvier 2018. http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/gauguin-lalchimiste

19 septembre 2017

Irving Penn, centenaire d'un maestro de la photo, Superbe!

 

:IMG_1328Première grande rétrospective consacrée à l'artiste américain Irving Penn en France depuis sa mort ( 1917/ 2009). Une superbe exposition pour découvrir ou redécouvrir ce maestro de la photo de mode mais aussi son art si percutant du portrait.

IMG_1339©The Irving Penn Foundation/© Condé Nast-

IMG_1334©The Irving Penn Foundation/ Elsa Schiaparelli 1947 -

©The Irving Penn Foundation/Salvador Dali , New York 1947

IMG_1335©The Irving Penn Foundation/  © Condé Nast-

Jean Patchett, Vogue New York 1949

IMG_1340Dans les années 1950, sa réputation de portraitiste  et de photographe de mode est bien établie et Irving Penn commence des séries différentes sur les petits métiers d'abord à Paris puis à Londres, New York... Cela sera la série la plus nombreuse de sa carrière.

IMG_1344©Condé Nast- Garçon de café , Paris- 1951  /

©Condé Nast- Cuzco, 1948 - Livreur de journeaux 

IMG_1342Penn utilise toujours le même procédé dans un studio avec un fond neutre. Sa reconstitution au Grand Palais est une  très bonne idée. 

IMG_1352

IMG_1351

IMG_1333Irving Penn réalisa également à partir de 1950, des séries de Nus et des séries sur les mégots de cigarettes qui se heurtent à l'incompréhension de ses contemporains. Pourtant la série des cigarettes, traitée comme objets d'art est fantastique.

IMG_1356

IMG_1358Les dernières années de sa vie, Penn pratique la nature morte et photographie tel un archéologue les objets de la rue, les détritus comme  autant de trésors du quotidien.Un regard percutant sur notre monde et une très belle page d'Histoire de la Photographie à savourer du 21 septembre au 29 janvier 2018. http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/irving-pen

Posté par diane poirier à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

06 mai 2017

Peter Mitchell, Nouveau démenti de la mission spatiale Viking 4 à la galerie Clémentine de la Ferronnière,

pm2016001z00031Le photographe anglais Peter Mitchell ( né en 1943) expose sa série documentaire" Nouveau démenti de la mission spatiale Viking 4," réalisée à Leeds dans les années 1970. Après la sélection exposée aux Rencontres d'Arles durant l'été dernier, c'est un plaisir de retrouver ces photographies dans l'écrin de la galerie Clémentine de la Feronnière.

IMG_4481

IMG_4488Cette galerie nichée au coeur de l'île Saint Louis est un repère secret pour la photographie contemporaine avec un choix  toujours pertinent. Peter Mitchell en est la parfaite démonstration. Autodidacte , Peter Mitchell fut d' abord dessinateur avant de s'orienter vers la photographie documentaire. La soixantaine de photos présentées montre son regard  sur la société et raconte les bouleversements urbains du XX e siècle,  avec un humour typiquement british.

pm2016001z00055

pm2016001z00050

pm2016001z00012

IMG_4489Ce précurseur de la photographie couleur a su composer ses clichés entre tendresse et cynisme comme les meilleurs artistes américains. Son style a influencé toute une génération de photographes anglais de Tom Wood à Martin Parr. A voir et revoir  jusqu'à fin mai. http://www.galerieclementinedelaferonniere.fr/Photographes 51, rue saint-Louis-en-l'île, 2e cour, 75004 Paris Du mardi au samedi de 11h à 19h . Et sur RDV à tout moment