Capture-d’écran-2014-09-25-à-14

Il est rare de voir Carole Bouquet sur les planches mais cet automne, décidémment exceptionnel pour les amateurs de théâtre parisiens, on peut passer une heure très dense à l'admirer. Elle interprête en effet, au théâtre de l'oeuvre,  la pièce d'Harold PinterDispersion («Ashes to Ashes») avec le grand comédien et metteur en scène Gérard Desarthe. Ce texte concis, ciselé est d'une intensité dramatique terrible où l'on retrouve la patte du Nobel de Littérature 2005.

11565326-pinter-ou-pinter

Quand le rideau se lève, on découvre Carole Bouquet, alias Rebecca, lovée ou plutôt recroquevillée sur son canapé, les pieds nus, cheveux tirés, visage blème; à l'autre bout de la scène, Gérard Desarthe, son époux assis dans un fauteuil débute un interrogatoire, sévère. Les questions sont brutales et les réponses de l'interrogée tardent à venir. Le rythme est saccadé; les phrases évasives... Un mystère plane; on devine le problème d' un amant , d'un bébé disparu, des épreuves de vie insurmontables... Carole Bouquet interprête de façon bouleversante, cette femme perdue dans des souvenirs flous, égarée entre rêves et cauchemars. Des images de la Shoah, de l'exil  sont suggérées à demi-mots, c'est poignant. Au fil des phrases, le mari devient cassant, brusque, cruel ; Cet homme est en colère et , peu à peu, sa femme semble perdre pied. Elle s'agite, tremble, de plus en plus traumatisée, hantée par son vécu. Elle avoue sa "vérité" ou bien affabule, aux bords des larmes et pour nous spectateurs, l'émotion est palpable. Des ombres du passé semblent envahir la scène, comme dans un roman de Modiano...La force des non-dits !

IMG_2708

Le rideau tombe, enfin! Et on est soulagée pour elle. On a pas vraiment tout compris mais le malaise demeure. En sortant,on s'interroge encore longtemps, des questions persistent mais une chose est évidente, Carole Bouquet est une excellente actrice... de Théâtre.

IMG_2710

Du grand Pinter aussi, servi par une mise en scène aussi sobre que remarquable ! Attention sacrées parisiennes et parisiens, les Dernières se jouent fin novembre ! http://www.theatredeloeuvre.fr/dispersion.html

IMG_2711