IMG_6173Le musée Guimet propose une rétrospective majeure de plus de 400 photographies de la star de la photographie Japonaise. Ce qui est surprenant  en regardant les photos d'Araki c'est la constance de sa vision de la femme. La femme, cet objet érotique passif.

IMG_6175On découvre donc plus de 50 ans d'oeuvres, la plupart représentant des femmes ligotées selon les règles ancestrales du Kinbaku, l'art du bondage japonais. C'est  d'ailleurs devenu la signature mondialement connue d'Araki même si ses photographies de fleurs et de pistils sont également remarquables.

IMG_6179

IMG_6181

IMG_6182Le parcours de l'expo souligne l'abondance du travail d'Araki et son incessante expérimentation. Le photographe vit chaque instant avec son appareil photo à la main et ne s'arrête jamais. On entre donc dans l'intimité de sa vie à Tokyo, ses amours , sa femme et même sa future sépulture.

IMG_6177

IMG_6180

IMG_6183La scénographie de l'expo est parfaitement orchestrée. J'ai beaucoup apprécié la reconstitution de l'atelier avec des milliers de polaroïds au sol. Araki , impressions Fortes. A voir jusqu'au 5 septembre 2016.

IMG_6176http://www.guimet.fr/fr/expositions/expositions-a-venir/araki