03 septembre 2014

Georges et Georges: code Feydeau, la pièce de la rentrée

C'est la rentrée... Aussi au théâtre ! Pour commencer en riant, j'ai  donc choisi la dernière création d'Eric Emmanuel Schmitt au Théâtre Rive Gauche, Georges et Georges. Hier soir, salle archicomble, le père de...des journalistes, des people de la TV etc...21H. On attend  tous avec impatience de découvrir le duo Brasseur/ Sardou ( fils).  Le rideau se lève sur Marianne Feydeau, jouée par Christelle Reboul, qui réclame de l'argent à son talentueux époux Georges Feydeau, alias Davy Sardou. On sent aussitôt les... [Lire la suite]

23 juillet 2014

Halte fraicheur sur la terrasse de Monsieur Bleu

  L'été à Paris, vous l'aurez remarqué la météo est capricieuse; On passe  d'un temps automnal le matin, à une chaleur accablante à midi et tout d'un coup , on n'a plus qu'une seule idée: se poser en terrasse. Le seul hic, fin juillet, les touristes ont envahi nos cafés favoris et il faut ruser pour trouver des spots plus "parisiens". La belle terrasse de Monsieur Bleu,située au pied du Palais de Tokyo, un espace de 650 m2 quand même, fait partie de ces lieux privilégiés à l'aspect "sélect", où le visiteur moyen n'ose pas... [Lire la suite]
Posté par diane poirier à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 juillet 2014

Le voltigeur, une terrasse à l'ombre dans le marais

Depuis des jours, on attendait le retour du soleil pour déjeuner en terrasse, mais hier, soleil et chaleur accablante se sont abattus sur Paris et à l'heure du déjeuner, les terrasses à l'ombre ont été prises d'assaut. En parisiennes futées, nous nous sommes donc précipitées au Voltigeur, un café- restaurant situé au coeur du Marais . Avec sa terrasse sur une rue hyper calme, c'est la halte parfaite. La carte est simple, sans prétention avec des prix raisonnables. Salades composées à 11€, gazpacho à 8€. La serveuse nous signale que... [Lire la suite]
Posté par diane poirier à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 juillet 2014

Flash-back sur l'élégance des années 50 au Palais Galliera

Que reste-t-il de l'élégance française des années 50 ? Vous trouverez la réponse au Palais Galliera qui nous propose de revisiter cet âge d'or de la Haute Couture parisienne, 1947/ 1957. Une expo vraiment indispensable pour toutes les parisiennes avec plein d'idées à choper pour faire revivre cette décennie où Paris était synonyme de luxe et d'innovation. Dans l'immédiate après-guerre, en 1947, la capitale comptait  plus de 100 maisons de couture, autant dire que les coquettes fortunées avaient l'embarras du choix et... [Lire la suite]
10 juillet 2014

Bonne pêche: Mon diner d'été " top chef" chez Antoine !

Quand il pleut à Paris en juillet, je ne connais rien de mieux qu'un bon diner pour se remonter le moral. Je vous suggère donc, à vous gourmands lecteurs, une adresse  vraiment top- chef, Antoine, avenue de New-York. Ce restaurant niché entre le Musée d'art moderne et la place de l'Alma, est juste parfait. La salle s'ouvre sur la passerelle Debilly, la Seine et l'on aperçoit la Tour Eiffel en arrière-plan, superbe.( Seule la couleur violette du store m'a un peu déplue.) Mais le meilleur est bien entendu dans l'assiette,... [Lire la suite]
Posté par diane poirier à 09:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 juillet 2014

Carpeaux, la fougue d'un sculpteur révélée au musée d'Orsay

Jean-Baptiste Carpeaux? On connait tous son nom sans bien identifier son oeuvre.  Avec l'exposition qui débute au musée d'Orsay, on peut enfin redécouvrir  son style réaliste  et sa virtuosité. L 'expo permet de regarder  de près, ses chefs d'oeuvres qui ornent le haut des édifices parisiens. En effet, de" la Danse" perchée au fait de l'Opéra Garnier à "Flore" qui couronne le haut du Pavillon du Louvre, en passant par le groupe des "quatre parties du monde" installé dans les jardins de l'Observatoire, nous, les... [Lire la suite]

07 juillet 2014

la Maison Rouge, tout sur le Mur

Depuis 10 ans déjà, la fondation d'Antoine de Galbert installée à la Maison Rouge crée l'événement avec ses expositions hors du commun. Pour l'anniversaire de cette décennie, le fondateur expose les 1200 pièces de sa collection. Je vous entends murmurer et alors, où est l'originalité ? Sur le MUR! Je m'explique.  Pour refléter l'éclectisme de ses choix, Antoine de Galbert a procédé à un accrochage totalement aléatoire et c'est cela qui est spectaculaire. Le collectionneur s'en est remis à un logiciel qui a déterminé le... [Lire la suite]
03 juillet 2014

Un nouveau musée parisien

Paris la ville aux 365 musées, compte depuis le mois d'avril un musée de plus: le musée Mendjizky, écoles de Paris. Cet édifice construit en 1932 pour le maitre verrier Louis Barillet est tout de même signé par Mallet-Stevens, le célèbre architecte des années trente. C'est là, au fond d'une délicieuse impasse donnant rue de Vaugirard, Square de Vergennes, que se niche ce nouveau vaisseau dédié à Maurice Mendjizky et aux écoles de Paris. © Mendjisky- autoportrait 1932 Mendjisky ? L'oeuvre pourtant abondante de ce... [Lire la suite]
30 juin 2014

Face à face Rodin/ Mapplethorpe: du grand Art!

L'un adorait les femmes, l'autre, les hommes mais Mapplethorpe  comme Rodin avait la passion du corps humain jusqu'à l'obsession. L'exposition du Musée Rodin confronte donc  avec maestria les oeuvres de ces deux artistes et les convergences sont saisissantes. Les 50 sculptures dialoguent avec 102 photographies ( provenant de la Robert Mapplethorpe Foundation, un prêt exceptionnel) . Une même tension, une même passion pour saisir la puissance musculaire et la force charnelle des corps masculins et féminins. Erotisme muséal... [Lire la suite]
Posté par diane poirier à 13:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 juin 2014

Kati Horna, de Budapest à Mexico première rétrospective française

Le Jeu de Paume n'en finit plus de nous faire découvrir les photographes de la diaspora hongroise des années trente, contrainte à l'exil et c'est un bonheur pour tous les amateurs parisiens. Kati Horna appartient donc à ces générations de talents comme Capa, Besnyo, Berko, Brassaï, Kertesz qui ont choisis de s'exiler  pour échapper à la botte des nazis. La mise à l'honneur d'une femme photographe est aussi à saluer car bien peu sont passées à la postérité. Pourtant lorsque Kati Horna nait en 1912  dans les environs de... [Lire la suite]