L’aide mémoire,L’affiche était trop belle!

ad0a782062105e90aff2409c39707f76

L’effervescence des grands soirs, hier, au théâtre de l’Atelier pour la Première de l’Aide-Mémoire. Le tout Paris s’y presse, la salle est archi-comble, plus un strapontin de libre. L’auteur Jean- Claude Carrière bavarde avec Ladislas Chollat, le metteur en scène en attendant le lever de rideau. Tous les spectateurs sont impatients d’assister à la rentrée théâtrale de Sandrine Bonnaire, après vingt ans loin des planches. Le rideau se lève enfin sur le décor d’un studio parisien.

Sandrine-Bonnaire-au-theatre©NATHALIE HERVIEUX

Sandrine Bonnaire alias Suzanne débarque chez un inconnu  Pascal Greggory, alias Jean-Jacques.Elle est à la recherche d’un mystérieux M. Ferrand. La visiteuse s’impose et squatte l’appartement de cet homme.D’abord rétif, il se laisse convaincre de l’héberger. Une relation improbable de couple s’engage ainsi entre ces deux êtres que tout oppose. Une comédie sentimentale en demi-teinte.

L’actrice incarne à la perfection cette jeune femme paumée et sans gêne. En revanche, Pascal Greggory en séducteur, homme à femmes n’est absolument pas crédible. Leur confrontation manque de peps, les dialogues s’éternisent, sans rythme. Cela pourrait être drôle mais c’est plutôt étrange malgrè une mise en scène réussie et de beaux effets de lumière. Même le retournement de situation du troisième acte tombe à plat. Décevant ! 

www.theatre-atelier.com

du 25 Mars 2014 au 05 Juillet 2014 

Théâtre de l’Atelier
1, place Charles Dullin
75018 Paris 

 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *