Robert Adams: Vent d’Ouest sur le Jeu de Paume

Partir pour le grand Ouest américain en visitant la rétrospective Robert Adams voilà l’invitation du Jeu de Paume.

Depuis plus de quarante ans, ce célèbre photographe ( né  à Orange, New Jersey en 1937) traque la beauté des paysages du Colorado au Wyoming, du Missouri à l’Oregon. Il a exploré les transformations du monde rural, la prolifération des banlieues résidentielles mais aussi les blessures infligées à la nature par l’intervention humaine: la déforestation, la pollution urbaine, l’ombre menaçante des centrales nucléaires.

photo 2[2]

photo 2[1]

© Robert Adams 

Au fil des décennies, les photographies d’Adams deviennent de plus en plus austères, graves et même déprimantes. J’aime  particulièrement les 4 premières séries exposées datant des années 60: Eden, Plaines,Ludlow et The New West qui font date dans l’histoire de la photo américaine. Adams inaugure alors un style de photos dont on retrouve l’écho en couleurs chez les photographes de la génération suivante: Stephen Shore,Joel Meyerowitz ou William Eggleston. On peut établir un parallèle avec la poésie des photographies de son contemporain et voisin: Ferenc Berko ( Aspen) . Une même esthétique du paysage en noir et blanc, réalisée avec une économie de moyens et un cadrage parfait. Cette rétrospective Adams popularise sa vision  documentaire de l’Amérique qui oscille entre grandeur et décadence, engagement et constat.Pertinent !

photo 3

Robert Adams , “L’endroit où nous vivons”
du 11 février au 18 mai 2014  –
Jeu de Paume , 1 place de la Concorde
75008 Paris

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *